Pin Sylvestre par Denis Martin

 
Petite fiche technique pour vous faire partager mon expérience avec le Pin Sylvestre. Ceci est simplement le fruit de mon expérience et des discussions récoltées au fil des années. Cet article n’est là que pour vous donner mon expérience sans aucune prétention.

 

Introduction

Le Pin Sylvestre est un arbre classé dans la catégorie des pins faibles, ce qui veux dire que c' est un pin qui pousse lentement et non fort, comme pourrait pousser
un Pin d'Alep ou un autre pin classé dans la catégorie forte.

Le pin sylvestre pousse dans une zone assez vaste, du sud de l’Europe jusqu'à la Mandchourie
Son écorce, d’une couleur ocre-rouge quand il est jeune, gris-brun à maturité, a pour particularité de se desquamer.

Ses aiguilles disposées par paires ont une longueur de 3 a 10 centimètres  selon l’endroit où il se trouve exposé.
Le pin sylvestre est très apprécié dans l’art du bonsaï pour la taille de ses aiguilles ainsi que pour les mouvements du tronc que l’on peut trouver dans la nature.

Les substrats

Depuis dix huit ans que je pratique l’art du bonsaï j’ai essayé plusieurs substrats, allant de la pumice pur à un substrat composé de cinq a six matières différentes.

Voici une liste des produits que j’ai utilisés:
  • Pumice
  • Ecorce de pin broyée compostée
  • Pouzzolane
  • Vermiculite
  • Gravier
  • Terreau spécial conifère
  • Perlite
  • Lutite
La conclusion de ces essais:  pour le Pin, il faut que le mélange soit drainant et durable dans le temps.
Un mélange que j’ai utilisé quelques années au paravant, qui marchait bien chez moi, était composé de Pouzzolane, écorces de pin broyées compostées, vermiculite, terreau spécial conifère et gravier. Le seul problème, c'est qu’il ne résiste pas dans le temps.
Les arbres, dans ce mélange, développent un pain racinaire assez important. Les arbres plantés dans de la pumice pure, ont l’air de bien se porter. Le problème reste l’arrosage. Il faut arroser beaucoup et faire un apport régulierd’engrais car la pumice n’apporte rien à l’arbre.

L’écorce de pin broyée, compostée, favorise l’apparition de la mycorhize.

L’arrosage

Les Pins aiment l’eau mais il ne faut pas que l’eau stagne dans le pot.
D’où l’intérêt d’avoir un mélange drainant et des trous de drainage assez gros afin que l’eau ne  puisse  pas rester dans le pot.
(mes arbres sont arrosés tous les jours dans la saison la plus chaude et cela ne les dérangent pas du tout).
L’arrosage est la chose la plus difficile dans l’art du bonsaï et il faudrait plus de pages pour essayer de toucher du bout du doigt l’art de l’arrosage (car cela peut- être  considéré comme un art vu l’importance).
Je vous donne simplement ma petite expérience: il est bien entendu que cela dépend de l’endroit géographique où se trouve l’arbre (on n’arrose pas au nord de la France comme on arrose au sud), seul l’observation de l’arbre et la compréhension des règles d’horticulture sont des facteurs qui nous permettent d'affiner  la bonne manière d’arroser nos bonsaï et ce, quelque soit l’espèce.

La taille

Dans la taille, il y a plusieurs techniques. Cela dépend de l’époque et du travail que l’on souhaite effectuer, il est bien entendu que l’on parle d’un arbre raciné et en bonne forme. Il n’est pas question de tailler un arbre alors qu’il est en reprise après un prélèvement ou alors qu’il est trop faible après toutes erreurs de notre part (mauvais arrosage, attaque d’insectes,  maladie ou rempotage trop drastique). La première taille, dite de structure, se réalise de novembre jusqu’en mars, l’arbre est en repos hivernal donc la circulation de sève est réduite.

Haut de Page