Kusamono

Définition

Le Kusomono consiste en la culture et la formation d'une plante "pérenne" ou vivace en pot. A l'image du bonsaï avec lequel elle a beaucoup de relations, elle se cultive, se taille, se rempote, s'entretient. Le kusamono est généralement utilisé au Japon comme plante accessoire présentée comme objet principal ou secondaire dans la présentation en tokonoma. Ils sont placés à côté d"un bonsaï, il prend le nom de shitakusa. Il reflète souvent le caractère de l'arbre, ajoutant ainsi un élément naturel à la présentation. Une plante au port légèrement retombant, par exemple, peut être présentée à côté d'un saule pleureur. Les grands arbres sveltes de styles "lettré", sont mis en valeur par de fines graminées.
Il doit absolument refléter l'atmosphère de l'arbre qu'il accompagne. 




 

But

Le but de la culture du Kusamono, hormis le simple fait de sa beauté et de sa collection, est surtout un but "décoratif" dans la présentation en Tokonoma. Son but principal est la présentation de la saison ou de l'évènement du moment où l'on crée cette présentation. Elle doit être à l'image de son grand frère, le bonsaï, condensée et compactée, devra représenter la patine du temps, l'éphémère beauté de la vie, expression de simplicité, de dépouillement, elle portera le fameux "wabi-sabi". La présence de la plante d'accent rendra la présentation  moins linéaire, offrira un découpage plus harmonieux des espaces vides.

Kusamono ou Shitakusa 

Le terme japonais "Kusamono", désigne une plante herbacée, placée dans un pot, cultivée pour elle-même. Nous la trouvons sous forme de collection ou seule, dans le jardin ou en décoration dans la maison. On la placera dans le tokonoma en temps qu'objet principal de la présentation. Elle pourra être accompagnée d'un rouleau (Kakemono ou Kakejiku). Le Kusamono à pour fonction de ravir les yeux de l'observateur.
 
 
Photos issues de l'Exposition Régionale 2009 de Valbonne

Mais ce même Kusamono, présenté avec un bonsaï devient alors Shitakusa, plante d'accompagnement ou plante d'accent.
Sa fonction sera la même, elle représentera la saison ou l'instant présent mais aura aussi un lien étroit avec l'arbre. Elle devra représenter  son habitat naturel. Pour de diverses raisons, il faudra avoir plusieur plantes d'accent pour le même arbre. La plante d'accompagnement "Shitakusa" se prononce "shtaksa": les japonais ne prononcent pas le "i" et le "u".

Les différentes variétés

 
La nature de la plante d'accompagnement est assez variée. Elle peut être
à bulbe, fougère ou rhizomes par exemple. Nous pourrons aussi utiliser de
petits arbuste (exemple l'azalée ou le cognassier du Japon). Sa taille doit
être la plus petite possible, ainsi nous favorisons les espèces naines, ayant
de petites feuilles ou fleurs, ou pouvant être fortement réduites. La plante
doit être condensée et si elle recouvre le pot, c'est encore mieux. Elle doit porter de petite fleurs ou de petits fruits. Il n'y a pas de dimension maximum ou imposée, il faut simplement qu'il y ait une harmonie entre le Kusamono et son entourage. Ainsi les principales varietés de plantes que nous pourront trouver en plante d'accent sont:
  • Les herbes et graminées
  • Les plantes à bulbes
  • Les plantes à rhizomes comme les iris
  • Les fougères
  • les plantes grasses
  • les plantes vivaces à petites fleurs ou petits fruits
Gracieuses graminée cueillies au bord d'un chemin, mauvaises herbes qui piratent les parterres et qui vous offrent une petite fleur blanche ou rose qui vous fait craquer. tout est bon, les fraisiers des bois, les violettes, les pâquerettes et même les pissenlits.
 
 

Les pots

 Le Kusamono se place dans un pot assez petit, souvent émaillé, rarement rectangulaire, mais plutôt ovale ou rond. Même si certaines exeptions sont permises, dans la présentation traditionnelle japoponaise, le pot doit rester sobre, ne pas attirer trop le regard. Nous pourrons éventuellement créer un Kusamono en le plaçant sur un bois flotté ou sur une lauze ou un suiban Il faut se rapeller que ces herbes, dans la nature, vivent au ras du sol. Le pot ne sera pas non plus très haut, mais là encore, cela dépendra de la plante choisie.
 

La pratique

 On prépare les plantes au printemps, durant la période du rempotage. On doit se munir de plantes pour les 4 saisons mais avoir aussi des plantes qui restent vertes tout au long de l'année. Plus le choix sera grand et mieux nous pourrons adapter les Shitakusa au bonsaï lors de sa présentation.
La prépration du pot est identique à la préparation d'un bonsaï, nous plaçons une grille pour le drainage et des fils pour maintenir la plante.
Il y aura, si possible, selon la profondeur du pot, une petite couche de drainage. Lors de l'implantation de la plante dans son pot, comme pour un bonsaï, on respectera un espace vide sur un des cotés, dans le sens de la direction de la plante. L'espace proportionnellement sera moins important que pour un bonsaï dans son pot. Pour les pots ronds, nous plaçons la plante au millieu. La plante devra sortir un peu du niveau du pot, faire une petite bute pour lui donner du volume.
 

Avec plusieurs plantes

 Si nous mettons plusieurs plantes dans le même pot, quelles soient de même variété ou pas, la perspective sera inverse que celle utilisée pour les forêts ou les troncs multiples. Nous placerons la plante la plus haute au fond, la plus petite ou encore mieux, une rampante, devant. nous ferons en sorte que les plantes différentes dans un même pot soient de différentes couleurs, même si se n'est que différents tons de verts. Ils pourront simplement être aussi différents dans la forme de leurs feuilles. On préfère, néanmoins, surtout dans le cadre de la présentation avec un arbre, ne mettre qu'une seule variéte de plante pour ne pas faire "d'ombre" à l'arbre principal.
 
 
 

Le kokedama

Le Kokedama consiste à créer une plante d'accent sans poterie d'aucune matière. Il consiste à "enfermer" une plante dans une boule de terre keto recouverte de mousse. Cette boule pourra être posée sur un Suiban rempli d'eau, une lauze...
"Koke" signifie "mousse" et Dama "boule". Il faudra alors faire  très attention au taux d'humidité pour que la boule de keto ne s'effondre pas. Trop d'eau risque de 'faire fondre" et couler, trop séche, elle craquellera et tombera en morceaux. 

L'entretien

L'entretient du Kusamono est un peu difficile, surtout en été, que l'entretient d'un grand arbre en pot, en grande partie à cause de la petite taille du pot, de la faible présence de terre. Nous mettons les plantes d'accent à mi-ombre, sans trop les arroser non plus car il y a un gros risque de pourriture des racines dû à un mélange moins drainant, moins élevé en granulométrie mais aussi plus riche. Nous mettrons juste un peu d'engrais, certaines plantes vivent très bien sans engrais du tout. (richesse du mélange terreux)
En entretient, nous couperons les grandes feuilles, les longues tiges.

Les mélanges de terre

Les principaux mélange de terre , au Japon, sont l'Akadama, fine granulométrie, le sable de rivière et le keto. Nous pourrons remplacer l'akadama par de la pumice, par exemple. Nous pourrons ajouter un peu de tourbe blonde, en ôtant les gros morceaux, ainsi qu'un peu d'écorce de pin compostée ou de terreau. Pour les pots vraimement petits ou très plats, nous pourrons mettre un mélange de keto et de pumice simplement.

Le shitakusa dans la présentation en tokonoma

Dans la présentation, nous ferons bien attention de ne pas présenter
support contre support. Exemple, si la plante est sur une lauze, on ne la placera pas sur une pierre plate. Ceci vaut aussi pour le bonsaï. A l'image du bonsaï, nous ne poserons jamais le Kusamono directement sur le tokonoma. Le tokonoma, doit toujours rester propre. Rappellons que pour un Japonais, le tokonoma est une alcôve sacrée, présente dans toutes les maisons traditionnelles. Elle était faite au départ pour honnorer les dieux, rendre grâce à un invité prestigieux. C'est aussi pour cela que l'on utilise un support (tablette, plateau, etc...). Nous éviterons les pierres plates posées directement sur le tokonoma.
 

Notions élémentaires de présentation

Pour l'harmonie dans le tokonoma ainsi qu'entre le bonsaï et la plante d'accent, la direction des plantes est très importante. nous ferons attention à ne pas avoir la même forme entre l'arbre principal et la plante secondaire. Bien que n'étant pas rigide, la présentation dépend de plusieurs facteurs:  

Le positionnement 

 
La plante principale sera toujours placée en retrait par rapport à l'axe de l'espace de présentation. La plante d'accent, elle, sera plus en avant. Les deux plantes seront décentrées et il n'y aura pas d'espace régulier. La direction de la plante principale ira toujours vers la plnte d'accompagnement. La plante d'accent, elle, ira vers l'arbre principal ou sera "statique". Si nous avons une présentation à trois éléments, le shitakusa se placera entre les deux arbres, avec des espacements irréguliers, le premier ainsi que le second arbre iront tout les deux vers la plante d'accent, point focal de la présentation. (humilité et sobriété).  

                                                                                                               Le nombre d'arbres

 
D'une mannière générale, on différenciera la présentation selon la hauteur de l'arbre. La hauteur de l'arbre est définie entre le nébari, qui sort directement du pot et de la tête de l'arbre. L'éventuel jin de tête ne comptera pas dans la hauteur, ainsi nous trouverons:
 
Entre 45 et 75 cm
Nous présenterons l'arbre avec sa plante d'accent.
Si l'arbre est un conifère ou un persistant, nous pourrons mettre n'importe quelle variété de plante d'accent. (persistant, feuillu, fleur ou fruit).
Si l'arbre principal est un feuillu présenté en hiver (sans feuillage), la plante d'accent sera colorée (fleur ou fruit) ou bien "en feuilles" (persistant).
 
Arbre de moins de 45 cm (shuhin)
On trouvera, outre la plante d'accent, une deuxième plante, plus importante en taille que la plante d'accent, qui mrquera bien la saison. Les mêmes rapports que pour les arbres plus haut en taille seront appliqués. (correspondances, variété)
Si l'arbre principal est conifére, la deuxième plante sera à fleurs ou à fruits, la plante d'accent très petite ou sera une herbe. Si l'arbre est un feuillu à fleurs ou à fruits, la deuxième plante sera, elle, à fleurs ou à fruits ou bien un petit conifére, la troisième une herbe. Si l'arbre principal est un feuillu sans fleurs ni fruits, la deuxième plante sera, elle, à fleurs ou à fruits ou bien un petit conifére, la troisième une herbe.
Lors de la présentation à trois pièces, nous pouvont remplacer la troisième plante par un rouleau, un petit animal en bronze, un suiseki, mais il faut que le deuxième plante montre bien la saison.
Un lettré se marie bien avec un rouleau concernant des écritures calligraphiées ou bien un suiseki.
D'une mannière générale, pour la présentation d'un conifére, n'importe qu'elle plante d'accompagnement peut potentiellement être utilisée (en respectant les règle de base évidemment). Si l'on présente un feuillu en hiver, on trouvera une plante d'accent de couleurs, avec du feuillage (persistant) ou des fruits ou des fleurs. Si l'on présente un bonsaï à fleurs ou à fruits, nous trouverons des plantes d'accent sans fleurs ni fruits, sans couleur voyante.

Le jita

Le jita est une tranche de bois sur laquelle on pose le shitakusa. Il est fait de bois très sec de couleur plutôt sombre et d'une épaisseur très fine, 5 mn. Il faut que cette tranche ne soit pas travaillée sur les bords. Elle doit être naturelle, des bords arrondis, mais avec des formes plutôt simples.

 
Haut de Page